Jan 212015
 

Logo HEC Alumni

 

 

 

Globalisation, individualisation, digitalisation, … comment intégrer concrètement ces mégatrends dans nos entreprises.

Le groupement HEC Groupement Management et Ressources Humaines a le plaisir de te convier à sa prochaine conférence au cours de laquelle nous accueillerons
Florence Fass-Jouvène (HEC 88) et David Muhlmann, consultants au sein du Cabinet HayGroup.

Mardi 3 Février 2015 à 18h30 (accueil à 18h15)
Dans les locaux d’HEC Alumni
9 avenue Franklin Roosevelt – 4ème étage de l’hôtel particulier – 75008 Paris

A quoi ressemblera l’entreprise en 2030 ? Comment seront les leaders demain ?

Alors que les incertitudes et la morosité poussent les entreprises à être dans le court terme, nous vous proposons d’ouvrir des perspectives et de réfléchir à la question : comment s’assurer que les politiques Leadership et Talents aujourd’hui sont bien focalisées sur les sujets essentiels, ceux qui sont porteurs de valeur sur le long terme.

Après une première partie consacrée à la présentation des dernières recherches sur les principales tendances qui impactent le capital humain (« Leadership 2030 » Editions Amacom Books), nous partagerons des pratiques d’entreprises particulièrement performantes dans deux domaines clés :

  • Comment construire des chemins de développement qui permettent réellement aux collaborateurs d’exprimer le potentiel tout en rentrant dans le cadre contraignant de la « performance »
  • Comment identifier et anticiper les compétences critiques, concilier la fluidité des compétences dans un monde globalisé et la nécessité de se recentrer sur leur cœur de métier dans un contexte économique de plus en plus tendu.

La conférence s’appuiera sur l’enquête annuelle de HayGroup « Best Companies for Leadership » réalisée auprès de 17 000 salariés dans le monde, et pour laquelle notre Groupement avait été sollicité cet été.

Florence Fass-Jouvène (H88) Consultante et coach, 15 ans d’expérience en entreprise en particulier chez Danone.
David Muhlmann Docteur en sociologie (Science Po Paris), enseignant et membre du jury de l’ENA, 14 ans de conseil en entreprise sur les projets internationaux

Inscription et règlement

Participation aux frais :
– Cotisants à l’Association : 15 euros
– Non cotisants et hors-HEC : 30 euros
– Hors poste cotisants : 10 euros.
– Etudiants : gratuit
Nous aurons plaisir à te retrouver à cette occasion.
Très cordialement,
Sian Feuillade (EMO6), Présidente et Brigitte Dubreucq (H.79)
pour le bureau du Groupement Management et Ressources Humaines

Imprimer

Déc 052011
 

Tous les ans, le Boston Consulting Group (BCG) réalise une grande étude sur les enjeux RH à moyen terme. Tantôt mondiale an partenariat avec la WFPMA , tantôt européenne en partenariat avec l’EAPM, les membres de l’ANDRH ont bien sûr participé au questionnaire. Le BCG fait le point sur les grandes priorités RH vues par les DRH et les CEO, et sur la « capacité » des entreprises à traiter de ces enjeux, dans un univers incertain.

En conclusion de cette étude, le BCG pointe cette année la nécessité d’avoir des professionnels de haut niveau en RH et d’attirer les meilleurs, et constate qu’aujourd’hui, la situation reste mitigée. Il préconise notamment que les DRH s’investissent pour faire connaître ce métier, ses enjeux…

Dans notre univers français sensible aux diplômes, où une forte proportion de dirigeants est issue  des grandes écoles, il est fondamental que les Ressources Humaines fassent partie des enseignements fondamentaux de première année d’études, et qu’elles soient proposées en majeure ou « option » de fin de cursus.

Pour un enseignement RH obligatoire dans les cursus des grandes écoles

Mettre en place, dès les premiers mois de scolarisation des enseignements en GRH revient symboliquement à donner à cette matière le même statut incontournable qu’aux autres et la reconnaitre dans les « fondamentaux » au même titre que la Finance ou le Marketing. Bien sûr nous devons être vigilant sur le message que l’on veut donner, et éviter de commencer par le « droit social » qui est souvent le seul angle de formation proposé. On verrait bien pour cette première approche un jeu, une simulation prenant en compte l’aspect multiple d’une GRH pour amener à réfléchir à la nécessité d’une GRH intégrée et intégrée à la stratégie.

Contrairement au management des personnes et des équipes qui, au-delà des connaissances,  nécessite de vraies compétences ancrées dans l’expérience, la Gestion des Ressources Humaines s’appuie sur des contenus qui peuvent être enseignés à tout moment dans le cursus des études. Seraient abordés en fin de d’études, la synergie entre management des personnes et des équipes et GRH  en faisant le lien avec la stratégie de l’entreprise.

Pour des « majeures » Ressources Humaines dans les écoles de commerce

Une fois la GRH intégrée dans les enseignements fondamentaux , il devient urgent que les grandes écoles qui forment nos futurs dirigeants proposent des professionnalisations en Ressources Humaines.  C’est sans doute la manière la plus efficace de faire reconnaitre les Ressources Humaines comme un métier avec des compétences spécifiques, qui ne sont pas celles du management.

Les étudiants choisissant une majeure Finances, Compta-contrôle, Marketing, comprendront que « Ressources Humaines »  est un vrai métier. Quelle valeur en effet donner à des professionnels qui ne semblent pas avoir besoin de compétences spécifiques pour exercer ?  Il y a en effet une grande tendance, en France notamment, à fusionner Management et Ressources Humaines et à considérer qu’un bon manager fera un bon DRH…  Viendrait-il à l’idée de nos élites de confondre compétences budgétaires et compétences financières en nommant  Directeur Financier leur meilleur Responsable Budgétaire ?

Il y a de suffisamment de matières RH pour organiser une année d’enseignements pour des jeunes qui se destineraient à ce métier, et seraient issus des meilleures écoles de commerce. Nous aurions  ainsi des professionnels RH , qui au-delà de leurs compétences métier, seraient en lien avec le business, la stratégie de l’entreprise et les autres métiers.

HEC l’a fait, il y a longtemps, et était pionnière à l’époque. Son désengagement depuis a force de symbole… même si d »autres écoles investissent le domaine, heureusement.

Pourquoi ne pas engager une refondation des enseignements en GRH et montrer ainsi que notre école est à la pointe des enjeux des entreprises d’aujourd’hui et de demain.

 

Imprimer