Fév 102012
 

Je vous propose de croiser deux informations sur la Gouvernance RH,  publiées cette semaine par des experts qui insistent sur la nécessité de prendre en compte les enjeux RH dans les Conseils et donc d’en renforcer les compétences dans ce domaine.

Lundi, dans un article publié dans le Cercle Les Echos, Sylvain Dhenin, Vice-Chairman de  CTPartners développait  l’idée qu’un profil de DRH dans un Conseil d’Administration permet d’apporter plus de valeur ajoutée. Valeur ajoutée pour réfléchir au plan de succession indispensable au remplacement des dirigeants partis de manière « non programmée » dans presque 2/3 des cas, plan de succession indispensable aussi pour améliorer progressivement la composition du Conseil (l’une de ses principales qualité selon le Code AFEP-MEDEF). Valeur ajoutée enfin pour prendre en compte de nouveaux enjeux dans la gestion de l’équipe de Direction et des postes-clés en intégrant diversité dans le recrutement, fidélisation et engagement.

Mr Dhenin indiquait aussi dans cet article que « la gestion des ressources humaines, élément clé de la réussite ou de l’échec d’une entreprise, est donc un des sujets majeurs de préoccupation des actionnaires et du conseil d’administration. » Si on ne peut qu’être qu’accord avec cette affirmation, il n’en reste pas moins que dans la pratique la Gouvernance RH n’a pas encore franchi, de manière concrète, la porte de tous les Conseils.

Pour preuve l’un des enseignements de la deuxième édition du Baromètre de la Gouvernance RH, présenté ce vendredi par Deloitte et Miscéo. Ce baromètre qui concerne les plus grands groupes cotés, fait ressortir que « le Conseil d’Administration ne joue un rôle actif ni dans le suivi, ni dans le contrôle des politiques RH de l’entreprise». Si globalement les recommandations AFEP-MEDEF sont appliquées en ce qui concerne le Comité des Rémunérations ou des Nominations, si les informations RH sont de plus en plus développées dans les rapports annuels, il n’en reste pas moins que la stratégie RH, les risques RH (hors sécurité et finances)  sont encore peu traités dans les réunions des Conseils. Quant au contrôle effectif des politiques RH affichées ou annoncées, on n’en parle même pas.

Bref, là aussi les compétences RH au sein des Conseils seront les bienvenues pour prendre en compte au plus haut niveau les enjeux d’une Gouvernance RH indispensable à la performance économique et sociale.

Préparer les successions au sein du Conseil ou dans les équipes dirigeantes, aborder la stratégie de l’entreprise en intégrant ses enjeux RH et tous les risques qui y sont associés, suivre les politiques affichées, sont des missions auxquelles un DRH peut participer au sein d’un Conseil. L’intégration d’un DRH dans un Conseil permet enfin de répondre aux enjeux de diversité des profils avec en filigrane  l’amélioration du fonctionnement général de l’instance et la construction d’un dialogue positif avec le management dans le respect des rôles de chacun.

Imprimer